Ce qu’il faut savoir de la fiscalité de l’assurance vie

L’assurance-vie est un placement permettant au contractant de cotiser pour laisser une succession à ses proches en cas de décès. Néanmoins, elle peut aussi être abordée de la même manière qu’une épargne de type Livret A. A la différence qu’elle ne débouche pas sur la même fiscalité.

La situation vers laquelle tend une assurance vie en général est la transmission après le décès. Le capital placé va vers les successeurs désignés lors de l’élaboration du contrat. Mais à la différence de biens des choses héritées, l’épargne issue d’une assurance-vie est allégée d’une fiscalité comme les droits à la succession. Plusieurs cas existent pour définir cette fiscalité, comme l’âge du défunt ou encore l’importance des sommes.
Si, par exemple, le décès intervient avant 70 ans, les règles sont particulières. A moins d’environ 150 000 euros (pour chaque héritant), il n’y a aucun droit de succession à régler. La taxation débute à 20 % au-delà, mais ne dépasse pas un tiers même si la somme dépasse les 700 000 euros.
Après 70 ans, l’assurance-vie bénéficie d’un abattement qui peut aller jusqu’à plus de 30 000 euros. Et les droits de succession ne s’exercent que sur la somme épargnée sans prise en compte des intérêts.

Retirer votre argent dans n’importe quelle situation avec l’assurance vie

Une assurance-vie peut aussi être retirée sans décès. Ici les intérêts tombent sous le coup d’une fiscalité, dont le degré va dépendre de la durée de l’assurance avant son rachat. Le souscripteur aura un choix à faire, il peut soit payer des taxes directement sur ce qui est retiré, soit intégrer ces revenus dans sa déclaration générale.

Pour un paiement direct il y a trois cas de figure.
Pour un retrait avant quatre ans d’épargne, la fiscalité est la plus lourde et s’établit à 35 % de la somme. Pour un retrait de plus de quatre ans et de moins de 8 ans, la taxation est diminuée de plus de moitié pour arriver à 15 %. Après huit ans, et passé un abattement maximum de 10 000 euros, la taxation est encore divisée par deux pour se fixer à 7,5 %.
Cependant, bien des situations peuvent rendre l’assurance-vie complexe en dehors de ces cadres.